Destination Danger – Objectif Mars

Destination Danger bannière

Destination Danger a ouvert le 30 avril, et lors de ma visite 2 semaines plus tard seulement 3 équipes sont parvenues à sortir en moins de 60 minutes. Parmi ces équipes :  EscapeGameParis et Par ici les sorties. Autant dire que ça rigole pas, il va falloir assurer pour sortir de là !

Arrivée sur place c’est déjà la pression: le tableau des records nous nargue déjà alors qu’on est même pas sur de pouvoir sortir à temps. Avant le début du jeu on nous briefe sur notre mission : une navette spatiale à la dérive se dirige droit vers la Terre, le truc c’est qu’elle est remplie de Plutonium, c’est pas cool. Ne voulant pas risquer un accident dévastateur, le mode autodestruction a été enclenché. Notre mission : réussir à le désactiver et à s’enfuir.

Objectif Mars

En rentrant dans la salle quelque chose frappe tout de suite : elle est à la fois vide, et remplie de cadenas ! Je n’avais encore jamais vu un escape game avec autant de cadenas, j’ai du en compter entre 25 et 30 :O D’habitude dès qu’il y en a une dizaine ça fait beaucoup mais là le jeu est vraiment basé sur le duo code-cadenas, si bien qu’on se retrouve souvent à trouver un code, qui ouvre un cadenas, qui nous donne un code, qui ouvre un cadenas, qui nous donne … Enfin bref, vous m’avez compris. Et c’est là qu’on comprend vraiment où se trouve la difficulté : si les énigmes ne sont pas trop compliquées ou tirées par les cheveux il y en a énormément, et une fois le code trouvé il va falloir s’organiser au mieux pour le tester sur les 3 millions de cadenas que contient la salle.

J’ai dit que la salle était vide mais ce n’est pas totalement vrai. Il n’y a quasiment pas de fouille, mais beaucoup d’observation est nécessaire, il y a des choses à voir partout, rien n’a été laissé là par hasard, encore faut-il comprendre à quoi ça peut servir.
Du coup pendant toute l’heure il n’y a aucun temps mort, si on fait le calcul il faut réussir à ouvrir en moyenne 1 cadenas toutes les 2 minutes ce qui ne laisse clairement pas le temps de souffler. Heureusement si on commence à s’égarer un peu trop longtemps sans rien trouver, le game master très attentif nous indique la direction à suivre. Pour ne pas qu’on perde du temps inutilement, il n’hésite pas non plus à confirmer si le code trouvé est bon ou non, ce qui aide à se concentrer sur ce qui est vraiment utile :)

Au final on avance on avance, on a toujours l’impression d’aller très vite, mais la voix nous annonce qu’il ne reste plus que 10mn avant la fin de notre mission, et il reste encore des cadenas :O On commence à stresser, à se dire qu’on ne sortira pas, on bloque sans comprendre, mais un indice vient à notre secours : «Avez-vous fait attention à «insérer ici objet qu’on avait pas vu après 50 minutes» ?» Effectivement, pas du tout. On se concentre, on comprend, les derniers cadenas s’ouvrent assez vite et on parvient enfin à sortir du vaisseau après 57 minutes et 6 secondes ! VICTOIRE :D (et record battu pour un groupe de 4 :) )

 

jesuisdansl'espace2

J’suis dans l’espace

C’était chaud ! Toute la pression accumulée redescend d’un seul coup, je crois que j’ai jamais été aussi content/soulagé d’avoir réussi un escape tant il s’est passé de trucs pendant l’heure de jeu. D’habitude je suis toujours capable de refaire dans ma tête le script de la pièce et le débrief, histoire de savoir quelle énigme nous a posé plus de problèmes que les autres. Là pour le coup ça s’annonce vraiment compliqué tant il y avait de choses à faire.

On pourrait croire que le fait d’enchaîner codes/cadenas/codes serait chiant, mais ce n’est pas le cas, parce que le jeu est conçu comme une course contre la montre et qu’il ne propose pas que ça, il y a aussi toutes sortes d’énigmes qu’il est possible de résoudre en parallèle. Le jeu n’est pas du tout linéaire et il y a plein de possible «points d’entrée» par lesquels on peut commencer. On trouve un chemin possible et on le suit jusqu’à ce qu’on bloque, et ce n’est qu’en trouvant un autre chemin et en le suivant jusqu’au bout que l’on va pouvoir débloquer le premier et ainsi de suite.
Au niveau de la salle, elle est assez petite et on risque un peu de se marcher dessus en y allant à 5. Mais c’est pas parce que c’est petit qu’il n’y a rien à découvrir, l’environnement fourmille de petits détails qu’il faudra tous trouver si on veut espérer sortir. Le décor est assez minimaliste mais du coup colle tout à fait à la navette spatiale dans laquelle on est censé se trouver.

Tout ça n’annonce que du très bon pour leur future salle « Docteur Qui » qui ouvrira en juillet prochain. En attendant, vous pouvez toujours tenter de challenger l’Objectif Mars et ce record qui tient toujours à l’heure ou je vous parle :) Destination ? Danger.

DestinationDanger

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :

Posted in Escape Game, Test and tagged , , , , , , , , , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *