Destination Danger – Enterré vivant

A peine deux mois après sa salle Docteur Qui, Destination Danger revient avec une nouvelle aventure, cette fois très différente puisqu’elle est uniquement jouable à deux. Et pour cause, le scénario ne laisse pas vraiment le choix : enfermé chacun dans un cercueil, vous avez une heure pour vous échapper avant de vous retrouver à court d’oxygène. Coopération et sang-froid seront les meilleurs alliés si vous espérez en sortir vivant. Mais comme vous vous en doutez, ce sera loin d’être simple…

L’aventure commence par un briefing au cours duquel on nous explique que l’on a vraisemblablement vexé quelqu’un, qui n’a pas trouvé de meilleure idée pour se venger que de nous enfermer dans des cercueils six pieds sous terre. On nous bande donc les yeux pour nous guider vers nos petites prisons de bois. Une fois allongés chacun dans notre cercueil, on peut enlever les bandeaux et on se rend rapidement compte qu’effectivement, on est mal barrés.

Les seuls outils dont on dispose sont un téléphone portable qui nous permet de nous éclairer grâce à la fonction flash, et un stylo pour prendre des notes. L’espace est confiné mais il est possible de se retourner assez aisément dans le cercueil pour l’observer sous toutes les coutures (enfin je suppose que ça dépend de la corpulence de la personne…). Autre particularité : même si la partie est surveillée par le Game Master au moyen de caméras, vous ne disposerez d’aucune aide dans le jeu, ce qui rend la partie très difficile car le moindre blocage peut vous faire perdre de précieuses minutes, voir vous stopper net dans la progression. C’est donc un redoutable challenge, qui vous forcera à bien communiquer et à bien vous organiser.

Il est difficile d’évoquer les énigmes contenues dans le cercueil sans les spoiler. Il ne s’agit en tout cas pas d’énigmes que l’on retrouve dans la plupart des Escape. Comme nous l’a expliqué le créateur des salles, le but n’est pas tant de sortir mais plutôt de se confronter à l’expérience d’être enfermé dans cet espace réduit pendant une heure. Et en effet, même sans être claustro on peut de temps en temps ressentir un sentiment d’oppression et d’étouffement, qui heureusement s’évanouit dès lors qu’on se concentre sur la réflexion. Néanmoins, les personnes un tant soit peu claustrophobes auront du mal à passer outre la situation d’enfermement, soyez donc bien conscients de vos limites avant de tenter l’aventure.

Résultat de recherche d'images pour "fat cat door"

Il sera vraiment compliqué de donner un avis sur le décor, celui-ci est à la fois réaliste pour le thème, et extrêmement simple : ce sont 6 planches de bois qui composent l’entièreté de la room, et c’est tout. En même temps difficile de faire plus évolué vu le thème de la salle. Exceptionnellement, pas de note pour le décor donc.

La réflexion .. c’est un point plus compliqué, les énigmes sont assez basiques et ne trouvent leur intérêt que dans la mise en scène particulière dans laquelle il faut les résoudre, c’est un parti pris qui ne plaira pas à tout le monde.

Et enfin l’intrigue, même si elle reste assez basique, est efficace et ne nécessite pas plus de complexité pour fonctionner. De même l’immersion ne pourrait être plus réussie au vu de la taille très réduite de l’espace de jeu complètement raccord avec le thème.

Loin du gigantisme de « Docteur Qui » qui challenge les équipes par sa multiplicité d’énigmes, « Enterré vivant » vous confronte à un espace plus confiné mais riche en étapes. Pour réussir à triompher il faudra réussir à communiquer énormément avec son partenaire et s’organiser au mieux pour être sûr de ne rater aucun élément.  A ce jour seule une équipe en est sortie vivante. De notre côtés, nous sommes toujours six pieds sous terre.

——————————————————————————-

C’est positif !
• Une expérience vraiment particulière et originale
• L’immersion
• Un scénario plutôt léger .. mais cohérent !

C’est négatif !
• Pas d’indice

Destination Danger

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :

Claustrophobia – Les Mystères de Da Vinci

Claustrophobia est une franchise d’Escape Game d’Europe de l’Est qui a des enseignes un peu partout dans le monde. Et quand je dis partout, c’est vraiment partout, leur catalogue de salles propose des centaines de scénarios différents ! Les Claustrophobia sont très réputés dans le milieu des Escape Game, on attendait donc avec impatience la première ouverture française, et c’est maintenant chose faite.

Pour sa première aventure parisienne, Claustrophobia nous propose un thème qui colle parfaitement à la capitale puisqu’il s’agit des «Mystères de Da Vinci». Au coeur du Louvres, Léonard de Vinci aurait caché un trésor, voué à disparaitre à tout jamais si on ne le retrouve pas avant 60mn. Ce trésor n’est pas des moindres puisqu’il s’agit du Graal !

C’est dans le 13ème arrondissement que nous avions rendez-vous. L’enseigne est située au beau milieu d’un quartier résidentiel et se fait assez vite remarquer car c’est un gros bloc gris qui se détache du reste, l’enseigne immense apposée dessus nous signale que nous sommes bien au bon endroit.
L’intérieur est immense et sent le neuf. Après une intéressante discussion avec l’un des propriétaire des lieux, on a plus que hâte de commencer.

Tout le monde parmi nous connait les bases de l’Escape Game, et donc le briefing du Game Master se concentre essentiellement sur les règles à respecter. Pour ce qui est de l’histoire tout se passe directement à l’intérieur de la salle. C’est un message audio de Léonard lui-même qui nous informe du but de notre quête. Une fois le message terminé le jeu est lancé ! Du moins il nous semble puisque la pièce ne comporte aucune indication de temps qui passe, pas d’écran, pas de sablier, rien.

Le décor est sobre et assez épuré, on se rend assez vite compte que la fouille sera légère. Par contre on ne sait pas vraiment ce que l’on va pouvoir ouvrir puisqu’il n’y a aucun cadenas. Et pourtant, il va y avoir pas mal de choses à déverrouiller, compartiments secrets, portes dérobées … et toujours à l’aide de mécanismes assez ingénieux

Si le début de l’aventure reste assez sobre en terme de déco, la suite reste toujours aussi épurée mais dans un style très différent
Le top du top se dévoilera à nous lors de l’ouverture de la dernière partie du jeu qui est vraiment magnifique. Et ce n’est pas seulement le décor qui nous aura émerveillé, mais tous les jeux de lumière et de mise en scène qui s’activeront comme par magie au fil de notre progression.

La première room de Claustrophobia Paris est donc vraiment une très bonne salle, avec aucun cadenas et des tas de mécanismes cachés très ingénieux cachés un peu partout.
Des passages secrets, des tiroirs astucieusement dissimulés et surtout une mise en scène qui déchire. Il nous est arrivé de rentrer dans une salle et de bloquer une vingtaine de secondes juste pour l’admirer. Ce qui est assez rare.

L’aventure est plutôt guidée, et sera donc adaptée aux débutants sans être frustrante pour les groupes les plus expérimentés. La salle restera fluide et agréable pour les groupes de tous les niveaux.
Les seuls joueurs qui pourraient éventuellement être déçus sont les amateurs de fouille et de cadenas.De toute façon la fouille n’est pas vraiment un point sur lequel les jeux de Claustrophobia se concentrent. Les Mystères de Da Vinci en comporte très peu et pourtant, d’après les informations que nous avons pu réunir, parmi toutes les salle à venir c’est celle qui en comporte le plus !

Pour finir un petit point sur l’intrigue : elle reste peu présente et sert surtout de prétexte à la salle, mais toutes les énigmes sont cohérentes avec le thème et aucune ne fait sortir du jeu, c’est donc un très bon point à préciser.

 


 

C’est positif !
• Le décor
• Les mécansimes
• Les effets de mise en scène
• Les énigmes cohérentes avec le thème

C’est négatif !
• Intrigue peu présente


Infos et réservations sur le site de Claustrophobia Paris

Collock – Opération Nameless : l’Escape Game éphémère géant


Collock
est une entreprise un peu différente de tous les autres Escape Game de Paris puisqu’elle propose uniquement des aventures nomades éphémères, le temps d’un week end, souvent dans des lieux insolites.  Leur aventure a commencé dans des bars parisiens avec leur premier scénario « casse à Dallas ».  Puis d’autres scénarios ont vu le jour : les bijoux de Mamie, la flamme d’Hercule…Désormais, Collock se consacre majoritairement aux Team Building d’entreprise.

Leur dernier scénario en date, Opération Nameless, était d’ailleurs destiné aux entreprises. Mais exceptionnellement, il a été adapté pour le grand public au cœur de la galerie Froissart !

Le scénario : un vote important est sur le point d’avoir lieu au siège de l’ONU, mais un groupe de hackers ne l’entend pas de cette oreille et veut empêcher cet événement qui pourrait pourtant amener la paix dans le monde. Nous sommes des agents chargés de contrecarrer leurs plans. Pour cela, trois objectifs différents à atteindre en moins d’une heure.

Chaque équipe doit identifier un hacker différent, il faut donc que tout le monde réussisse pour battre le plan des Nameless. Mais ici pas question d’entraide entre équipes, on ne sait jamais, il pourrait y avoir des contre-espions

L’organisation est bien pensée : le jeu est divisé en 3 salles, une par objectif. Chaque groupe reçoit une tablette tactile qui indique par quelle salle commencer. En répartissant ainsi les groupes on s’assure que chaque espace ne soit pas trop bondé et c’est parfait, car c’est justement le point faible d’autres Escape Game géant.

Dans chaque salle un acteur qui joue le rôle de Game Master est-là pour guider ceux qui se sentent perdus, il ne faut donc pas hésiter à lui parler si on veut avancer dans l’enquête, ils peuvent parfois donner de précieux renseignements.

Après chaque énigme résolue la tablette est utilisée pour valider ou non la réponse, elle nous indique ensuite la prochaine étape, le prochain lieu où aller. Si besoin, la tablette peut nous donner directement d’autres indices grâce à un petit bouton d’aide. Il s’agit donc d’un véritable guide.

La progression se fait donc de manière très fluide et même les débutants ne seront pas perdus. Pour ceux qui sont un peu plus expérimentés il est tout a fait possible de résoudre plusieurs énigmes en parallèle pour gagner un maximum de temps, et c’est même conseillé car selon les salles il y a quand même pas mal de choses à faire !

Avec Opération Nameless, Collock monte en gamme et propose un Escape Game géant de qualité qui allie technologie et énigmes en toute simplicité. Le tout est très bien organisé, et l’usage de la tablette apporte un véritable plus.
Une expérience parfaitement calibré pour le Team Building et adaptée au plus grand nombre, il n’y a plus qu’à attendre que Collock nous offre de nouveau une expérience similaire !

 

Collock

 

Destination Danger – Docteur Qui ?

Un peu moins d’un an après une première salle nommée Objectif Mars, Destination Danger revient avec une deuxième salle : Docteur Qui. La première salle,  si elle n’a pas plu à tout le monde a au moins eu le mérite de ne laisser personne indifférent, voyons voir ce qu’il en est de cette nouvelle aventure !

L’heure est grave : on est sans nouvelles du Docteur. Lui qui a l’habitude de passer son temps à sauver Londres, la Terre et même l’univers ne donne plus aucun signe de vie et c’est inquiétant. Cette fois c’est donc à ses compagnons de lui venir en aide en partant à sa recherche. Pour cela il va falloir remonter un à un ses derniers déplacement grâce à son Tardis.

Basée sur la série qui a quasiment le même nom, cette pièce se veut originale mais à l’opposé d’Objectif mars puisqu’elle ne comporte quasiment aucun cadenas (ça change !)
C’est donc différents mécanismes et autres joyeusetés qu’il faudra actionner tout au long du jeu pour progresser. Ce qu’il faudra faire très souvent tant cet escape game est dense.

Escape Game Destination Danger Docteur Qui

Comme d’habitude notre aventure commence par un briefing, mais celui-ci est très spécial puisque cette fois-ci il ne nous apprendra vraiment pas grand chose. Notre hôte est dans le même cas que nous : elle ne sait pas où nous mènera notre voyage ni ce qui nous attend. Toutes nos questions restent sans réponse et c’est munis uniquement de petites lampes de poche et d’une montre à gousset que nous descendons le long du même escalier qui nous avait embarqué dans une autre sorte de vaisseau spatial. Cette fois-ci on commence notre aventure en passant les portes du célèbre Tardis.
Une petite action à la Parker Lewis et on est parti !

Escape game destination danger synchro montres

Synchronisation des montres !

La première partie du jeu se déroule dans une ambiance souterraine et obscure, et même si la progression se fait au final assez rapidement c’est déstabilisant puisqu’il semble n’y avoir rien à faire. Dès l’entrée dans la deuxième partie du jeu on change complètement d’univers mais également de style de jeu. Et des changements de ton comme ça il va y en avoir beaucoup pendant toute notre partie. Ce qui fait qu’à chaque fois qu’on pensait être arrivé au bout vu le nombre d’énigmes déjà résolues, on découvrait de nouvelles étapes.

Pendant la partie notre vision du temps a été légèrement biaisée du fait que notre Time Lord à nous avait tout simplement oublié la montre chronomètre dans la 1ère salle :D Mais au final on finit par la retrouver à quelques secondes de la fin, on galère quelque peu sur la toute dernière manipulation mais ça y est, on est enfin libre, en 51’29 !

Escape Game Docteur Who

Record ! :D

«Plusieurs étapes» dans notre voyage, c’est ce que nous promettait le site internet de destination danger, et il faut dire qu’on a pas été déçus. Docteur Qui possède un des plus grand espace de jeu de la capitale, et c’est pas pour autant qu’il est vide et qu’il n’y a rien à y faire.
En effet dans chaque salle de jeu il y a de quoi s’occuper, pas le temps de s’ennuyer. Même à 5 en se séparant les tâches chacun peut apporter sa contribution et faire avancer toute l’équipe tout le long de l’aventure.

 

 

La seule chose que l’on peu éventuellement regretter, c’est que l’univers de Doctor Who ne fasse pas tant parti de l’aventure que le titre pourrait le laisser penser. Beaucoup de clins d’œil y font bien évidemment référence et on sent qu’il y a des fans derrière la conception de cet escape, mais avant une certaine partie de l’histoire on ne se retrouve pas vraiment en terrain connu.
Du coup pas d’inquiétude : ceux qui ne connaissent absolument pas la série ne seront pas perdus ! Même si il faut bien reconnaître qu’avoir certaines connaissances peut aider à certains moments :p

L’aspect Docteur Who de la salle se retrouve surtout dans les voyages. Le docteur se balade dans son Tardis dans tout l’univers (mais surtout à Londres en fait) et à chaque épisode c’est un nouveau décor que l’on découvre. Ici à chaque salle son décor totalement différent, et une manière de jouer différente : de la manipulation, de la fouille, de l’observation.

Tout le monde trouvera donc son compte dans cette salle, et même si les moins expérimentés risquent de ne pas vivre Docteur Qui dans son ensemble ils ne seront pas certainement pas déçus car un certain nombre d’éléments auront déjà été résolus :)

Après toutes ces péripéties on attend la 3ème salle de Destination Danger qui devrait arriver sous peu : «entérrés vivant» et son pitch très … spécial !

 

 

——————————————————————————-

C’est positif !
• On s’amuse beaucoup
• Un gros challenge pour les habitués
• Un très grand espace de jeu
• Énigmes variées : bon mix de manipulation/réflexion/observation

C’est négatif !
• Jouer dans le noir n’apporte pas d’intérêt au gameplay
• Pas mal de pastilles « pas touche »
• Un thème assez peu présent


Destination Danger

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :

X Scape – Azilum

Avant dernière salle de notre voyage Lillois, Azilum est scénaristiquement la suite directe de Quarantaine même si les salles peuvent être faites dans un ordre différent.

Le professeur Edwarz qui est à l’origine du virus récupéré dans la salle Quarantaine est interné au Centre Hospitalier Sainte Marie du Vernet depuis 6 mois. Il aurait trouvé un allié partageant le même dégoût que lui pour l’humanité au sein de l’hôpital psychiatrique. Afin d’empêcher une nouvelle catastrophe, le directeur de l’asile vous donne accès au bureau du surveillant général pendant sa réunion journalière. Vous pourrez alors mener votre enquête.

Notre mission : Nous devons découvrir ce qui se trame dans cet asile pour éviter que le professeur Edwarz ne recommence ses recherches et sortir de l’asile avant que l’on ne remarque notre présence.

Pour ne pas que notre venue semble étrange, un de nos membre est désigné et se fait passer pour un fou. Une fois dans le bureau, les énigmes s’enchaînent bien avec pas mal de cadenas à ouvrir mais aussi plusieurs mécanismes assez originaux. Malheureusement, cette fois encore, la fouille nous a fait perdre beaucoup de temps avec plusieurs indices vraiment biens cachés. Les soucis de fouille terminés, arrivent ensuite un enchaînement d’énigmes nous obligeant à nous séparer pour gagner du temps. Nous ne passerons pas beaucoup de temps sur ces dernières étapes même si  elles présentent plusieurs énigmes originales et un décor plutôt fidèle compte tenu de l’endroit où nous sommes.

Avec une équipe sympathique et des enquêtes scénarisées, nous avons passé un bon moment chez X Scape. Comme pour la salle précédente nous avons perdu pas mal de temps à cause des fouilles mais il faut dire que certains objets étaient vraiment bien cachés. En bref un bon moment malgré une énigme pour laquelle nous restons perplexes. Nous attendons de voir ce qu’il est arrivé au professeur Edwarz pour leur troisième scénario sur lequel ils travaillent actuellement !

 

——————————————————————————-

C’est positif :
• Le décor
• La fourberie de la fouille
• Des mécanismes originaux et pas forcément onéreux

C’est négatif :
• Une première étape pas forcément utile
• Une énigme haute en couleur nous laisse quelque peu dubitatifs


XScape

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :

(Article écrit par BatGauth, checkez donc son blog et son twitter !)