The Game – Le métro

The Game bannière

A peine une semaine après une aventure dans les catacombes nous revoilà rue du Cardinal Lemoine pour découvrir la nouvelle énigme de chez TheGame : le métro. Pour cette nouvelle salle ils n’ont pas fait les choses à moitié puisqu’ils ont récupéré de vraies rames de métro parisien ayant été en service pendant plus de 40 ans. Pour le coup le décor est vraiment impressionnant, enfin pas impressionnant en fait, plutôt ultra réaliste. On peut le voir dans ce trailer qui, comme indiqué, a été réalisé dans le décor de la salle :o
Au niveau de l’histoire notre mission sera d’éviter une catastrophe ferroviaire : un métro est bloqué en plein milieu des voies à la station Cardinal Lemoine, il va falloir le redémarrer au plus vite si on veut éviter une collision certaine !

Le métro

Ce qui est sur c’est que l’accueil chez TheGame est toujours aussi bon, tout le monde nous dit bonjour avec un grand sourire, une boisson est offerte et le game master tente même tant bien que mal de retenir tous nos prénoms ! Il nous explique ensuite notre mission à nous, les meilleurs agents RATP de Paris (d’après lui). 
Une fois fins prêts, il nous fait enfin rentrer dans la salle et la porte se referme derrière nous. Pour la ère fois depuis 36 escape game, le décor qui nous entoure est familier, on est littéralement dans le métro. Dans le vrai métro, sur la ligne 10, station Cardinal Lemoine. La seule différence c’est que cette fois, il n’y a personne. (ET QUE C’EST HYPER CLASSE !)

La fouille commence et on retrouve plein de trucs sans aucun problème : ce sont toutes les affaires des passagers qu’ils ont laissé là pendant l’évacuation. Pour le coup il y a un peu de tout, on regroupe tout au centre et ça commence à être le bordel. Forcément on sait pas ce qui peux nous servir et ce qui relève du décor. Malgré la fouille plutôt minutieuse, une chose essentielle à la progression nous échappe, si bien que pendant 10/15 minutes on avance absolument pas, on ne sait pas quoi faire. On a trouvé plein de trucs mais on ne peut pas les utiliser.

Quand on ne sait plus quoi tenter

Nous quand on ne sait plus quoi tenter

Il nous faudra bien 2 indices pour trouver ce qui a échappé à notre attention. Mais grâce à ça on peut enfin continuer, non sans mal, à accomplir notre mission. Après ça on peut dire qu’on est resté un peu mauvais puisqu’on a mal lu un truc, ce qui nous a fait perdre bien 5 minutes :p Puis une autre énigme nous prend aussi pas mal de temps par manque d’organisation mais au final on réussit tout de même à accéder à la suite. A ce moment là de la partie on avait pris pas mal de retard, mais on s’est bien rattrapé sur la suite, si bien qu’arrivés à l’énigme finale il nous restait que 5 minutes pour trouver quoi faire. On a eu très chaud, mais c’est finalement passé, à 30 secondes de la fin :)

13451011_10209819715232361_974977187_n

I LIKE TRAINS

Avec le métro de The Game on est dans l’ère des escape game 2.0 : des décors de fous ultra-réalistes sans aucun objet qui dénote, des effets son et lumière, le tout accompagné par un scénario qui tient en haleine tout le long. Tout ça résulte dans une immersion vraiment poussée qui fait du bien, ça permet de se prendre au jeu autant que si c’était le premier escape qu’on faisait.
Au niveau des énigmes, si les cadenas ont tendance à être beaucoup moins nombreux (2 en tout) les énigmes restent pour la plupart assez classiques, du papier, des choses écrites etc. C’est un peu dommage mais ne vous méprenez pas, elles restent excellentes et celles qui tirent avantage du décor sont vraiment bien trouvées, la deuxième partie du jeu étant vraiment géniale de ce côté là :) 
Léger bémol tout de même sur la toute dernière énigme, elle est très originale c’est sur mais pas forcément adaptée à tout le monde (ça reste quand même très subjectif)

Le gros point négatif c’est qu’il ne me reste plus que 2 salles à faire chez The Game (Assassin’s Creed et le Casino) et ça, c’est vraiment pas assez :/

The Game

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :

Première Pièce : l’escape game par Google

premierepiece

C’est une grande première dans l’histoire des escape game puisque qu’un acteur majeur se lance en proposant une pièce éphémère : Google et sa Première Pièce. Seulement 1 semaine et demi de jeu, quelques sessions par jour, les places étaient donc vraiment limitées ! Les réservations ont ouvert le 20 mai vers 20h et tout est parti en quelques minutes, il fallait être très rapide et nous avons réussi à obtenir le précieux sésame : rendez-vous pris pour le 24 mai à 11 heures pour un groupe de 3 !

Le jour J, à 10 minutes d’arriver dans le locaux de Google, on apprend qu’un de nos coéquipiers n’a pas daigné se réveiller, à 2 ça s’annonce beaucoup plus dur de battre un record :p
On arrive donc dans les magnifiques locaux de Google, notre game master nous invite à tester toutes les petites installations disposées un peu partout : un tableau sur lequel on peut appuyer pour jouer du piano, un autre de la guitare … plein de trucs à faire, l’endroit est vraiment sympa :) 

premierepiece

Ca pète la classe

Bon alors ça risque de spoiler un peu, mais du coup pas de risque puis la pièce n’est plus jouable nul part :)

Au début du briefing notre GM nous fait écouter un message vocal laissé par Julie : en partant de son atelier pour rejoindre son expo d’art elle a oublié d’activer le dispositif qui contrôle tout à distance. Il faudra donc qu’on rentre chez elle pour trouver le dispositif et le connecter à son pc.
Avant de rentrer dans la pièce on nous donne un téléphone (made in Google évidemment) qui nous sera bien utile.
Déjà parce que c’est par ce moyen que Julie va pouvoir communiquer avec nous (Google Hangouts) et surtout parce que les autres applications du téléphone seront utilisées pour résoudre des énigmes. Un texte en chinois nous pose problème ? Google Translate pourra nous aider. Il nous faut une information très précise pour ouvrir un cadenas ? Google.fr Besoin de retrouver un élément en particulier parmi plein d’images ? Google Photos.  etc.
Plusieurs éléments de la room sont donc conçus autour des fonctionnalités des app de Google et ça s’intègre plutôt bien au principe de l’escape game. Dans les room classiques pas besoin d’avoir des connaissances précises, là c’est pareil mais si on en a besoin quand même on peut toujours demander à notre pote google. (et ça fait beaucoup trop de fois Google dans le même paragraphe)

La salle est trop graaaaande

Quand on se rend compte que 2 c’est pas assez pour tout fouiller

La technologie est présente vraiment partout dans la pièce, des ordis, des ipads, des cardboards vr, des rétroprojecteurs … Et c’est vraiment cool parce que c’est aussi très bien intégré
Et pour le reste on en prend plein les yeux, une action classique d’escape game comme ouvrir un cadenas ou poser un aimant à un endroit va tout de suite passer au lvl supérieur : rétroprojecteurs qui d’un seul coup s’allument et animent la pièce, ambiance lumineuse qui change, notes de musique interactives projetées sur le sol …

On découvre assez vite l’emplacement de ce qu’on cherche : en plein milieu de la pièce, mais inaccessible pour l’instant, placé sous une grosse cloche transparente.
L’énigme est conçue pour être non-linéaire : il faut 6 codes pour déverrouiller la cloche et donc autant de choses à faire en parrallèle. Autant dire qu’à 2 ça nous a pas facilité la tache. Heureusement Julie est assez présente si on galère et nous envoie des messages à première vue anodins mais qui très souvent nous permettent d’avancer..

Au final on a réussi notre mission en 37 minutes !
La Première Pièce est très beau showroom Google, doublé d’un très bon escape game :) On regrette que la pièce ne soit pas permanente ni accessible à tous, mais au vu de toute la technologie présente on comprend pourquoi : en une semaine avec des  groupes classiques, tout serait cassé :p
Pas besoin de développer plus, parce que du fait de son statut éphémère, Google a eu la bonne idée de filmer et de diffuser une partie en entier sur youtube, c’est même pas du spoil puisque la pièce n’existe même plus :)

Et si ça vous donne envie, y’a plus qu’à attendre la deuxième pièce !

Destination Danger – Objectif Mars

Destination Danger bannière

Destination Danger a ouvert le 30 avril, et lors de ma visite 2 semaines plus tard seulement 3 équipes sont parvenues à sortir en moins de 60 minutes. Parmi ces équipes :  EscapeGameParis et Par ici les sorties. Autant dire que ça rigole pas, il va falloir assurer pour sortir de là !

Arrivée sur place c’est déjà la pression: le tableau des records nous nargue déjà alors qu’on est même pas sur de pouvoir sortir à temps. Avant le début du jeu on nous briefe sur notre mission : une navette spatiale à la dérive se dirige droit vers la Terre, le truc c’est qu’elle est remplie de Plutonium, c’est pas cool. Ne voulant pas risquer un accident dévastateur, le mode autodestruction a été enclenché. Notre mission : réussir à le désactiver et à s’enfuir.

Objectif Mars

En rentrant dans la salle quelque chose frappe tout de suite : elle est à la fois vide, et remplie de cadenas ! Je n’avais encore jamais vu un escape game avec autant de cadenas, j’ai du en compter entre 25 et 30 :O D’habitude dès qu’il y en a une dizaine ça fait beaucoup mais là le jeu est vraiment basé sur le duo code-cadenas, si bien qu’on se retrouve souvent à trouver un code, qui ouvre un cadenas, qui nous donne un code, qui ouvre un cadenas, qui nous donne … Enfin bref, vous m’avez compris. Et c’est là qu’on comprend vraiment où se trouve la difficulté : si les énigmes ne sont pas trop compliquées ou tirées par les cheveux il y en a énormément, et une fois le code trouvé il va falloir s’organiser au mieux pour le tester sur les 3 millions de cadenas que contient la salle.

J’ai dit que la salle était vide mais ce n’est pas totalement vrai. Il n’y a quasiment pas de fouille, mais beaucoup d’observation est nécessaire, il y a des choses à voir partout, rien n’a été laissé là par hasard, encore faut-il comprendre à quoi ça peut servir.
Du coup pendant toute l’heure il n’y a aucun temps mort, si on fait le calcul il faut réussir à ouvrir en moyenne 1 cadenas toutes les 2 minutes ce qui ne laisse clairement pas le temps de souffler. Heureusement si on commence à s’égarer un peu trop longtemps sans rien trouver, le game master très attentif nous indique la direction à suivre. Pour ne pas qu’on perde du temps inutilement, il n’hésite pas non plus à confirmer si le code trouvé est bon ou non, ce qui aide à se concentrer sur ce qui est vraiment utile :)

Au final on avance on avance, on a toujours l’impression d’aller très vite, mais la voix nous annonce qu’il ne reste plus que 10mn avant la fin de notre mission, et il reste encore des cadenas :O On commence à stresser, à se dire qu’on ne sortira pas, on bloque sans comprendre, mais un indice vient à notre secours : «Avez-vous fait attention à «insérer ici objet qu’on avait pas vu après 50 minutes» ?» Effectivement, pas du tout. On se concentre, on comprend, les derniers cadenas s’ouvrent assez vite et on parvient enfin à sortir du vaisseau après 57 minutes et 6 secondes ! VICTOIRE :D (et record battu pour un groupe de 4 :) )

 

jesuisdansl'espace2

J’suis dans l’espace

C’était chaud ! Toute la pression accumulée redescend d’un seul coup, je crois que j’ai jamais été aussi content/soulagé d’avoir réussi un escape tant il s’est passé de trucs pendant l’heure de jeu. D’habitude je suis toujours capable de refaire dans ma tête le script de la pièce et le débrief, histoire de savoir quelle énigme nous a posé plus de problèmes que les autres. Là pour le coup ça s’annonce vraiment compliqué tant il y avait de choses à faire.

On pourrait croire que le fait d’enchaîner codes/cadenas/codes serait chiant, mais ce n’est pas le cas, parce que le jeu est conçu comme une course contre la montre et qu’il ne propose pas que ça, il y a aussi toutes sortes d’énigmes qu’il est possible de résoudre en parallèle. Le jeu n’est pas du tout linéaire et il y a plein de possible «points d’entrée» par lesquels on peut commencer. On trouve un chemin possible et on le suit jusqu’à ce qu’on bloque, et ce n’est qu’en trouvant un autre chemin et en le suivant jusqu’au bout que l’on va pouvoir débloquer le premier et ainsi de suite.
Au niveau de la salle, elle est assez petite et on risque un peu de se marcher dessus en y allant à 5. Mais c’est pas parce que c’est petit qu’il n’y a rien à découvrir, l’environnement fourmille de petits détails qu’il faudra tous trouver si on veut espérer sortir. Le décor est assez minimaliste mais du coup colle tout à fait à la navette spatiale dans laquelle on est censé se trouver.

Tout ça n’annonce que du très bon pour leur future salle « Docteur Qui » qui ouvrira en juillet prochain. En attendant, vous pouvez toujours tenter de challenger l’Objectif Mars et ce record qui tient toujours à l’heure ou je vous parle :) Destination ? Danger.

DestinationDanger

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :

The Game – Les catacombes

The Game bannière

Troisième visite chez The Game  cette fois-ci pour une exploration des catacombes ! Au moment de la résa j’étais un peu triste à l’idée de faire ma dernière visite chez eux vu qu’ils font clairement parti des meilleurs de Paris, mais heureusement ils ouvrent 3 nouvelles salles dans la foulée :D

C’est donc en faisant des travaux dans leur local que les mecs de The Game ont découvert un accès secret vers les catacombes, et il parait qu’un trésor y est enfoui, c’est à nous d’aller le trouver ainsi que le testament l’accompagnant pour prouver notre légitimité.
C’est munis de casques de protection de mineurs (ils seront très utiles) et accompagnés de notre game master que nous descendons tous ensemble vers la salle à bord d’un ascenseur à l’ancienne.

Les catacombes

Au début de l’aventure nous n’avons qu’une seule cartouche d’oxygène, soit approximativement 15 mn d’air restant. Il faudra du coup en trouver 3 autres pour pouvoir rester assez de temps pour espérer trouver ce que nous cherchons.

En rentrant dans la salle il fait assez sombre et il faut du temps pour que les yeux s’habituent à l’obscurité pour commencer à vraiment fouiller. Déjà qu’en pleine lumière c’est pas évident, si en plus on nous enlève un avantage ça risque de pas être facile !
Bon en fait ça va, y’a pas grand chose à trouver et il n’y a pas forcément de cachettes très dures au début du jeu (ou alors on est devenus ultra bons en fouille ! Mouai, j’y crois moyen). On progresse bien, les énigmes ne nous résistent pas longtemps, on se prend le plafond parfois très bas (en même temps on avait quasiment tous enlevé nos casques, c’était une erreur) et on arrive enfin à la deuxième partie de l’énigme. C’est là que les choses difficiles vont commencer. Déjà la fouille nous donne pas grand chose, au niveau des énigmes on se perd tous un peu, on commence à paniquer, ça ne va plus du tout, on perd presque toute l’avance qu’on avait pu gagner dans un premier temps.

ta gueule

Ca va être tout noir !

Heureusement la Game Master nous observe et nous donne un indice pile au bon moment pour nous signaler LE truc qu’on a manqué, il faut croire qu’on est trop soucieux des règles, puisque qu’on l’avait pas loupé, mais qu’on avait juste abandonné l’idée de se servir de ce machin. La panique descend lentement et on peut continuer jusqu’au prochain blocage. Il arrive assez vite, puisqu’on tombe sur un élément assez similaire à un autre que l’on peut trouver dans le Braquage à la française. Manque de bol, c’est le seul truc que j’avais trouvé en dessous par rapport à la qualité globale de cette autre room. Mais ça va, 5 minutes plus tard c’est terminé, on s’attelle plus ou moins bien à l’énigme finale. On doit s’y reprendre plusieurs fois mais la porte finit par s’ouvrir après 52 minutes d’exploration, c’est gagné !

 

Conclusion
52 minutes et 3 indices ! The Game fait son effet encore une fois, les catacombes est une très bonne énigme, plutôt facile et accessible, avec une bonne ambiance et une décoration au top.

Le début de l’aventure, si il a surement gagné en cohérence avec l’ascenseur qui nous descend dans la mine, perd certainement en gameplay, d’après ce qu’on a pu me décrire ensuite sur ce qu’était le début du jeu avant les travaux. Le groupe séparé, la moitié attachée au sous sol et l’autre dans des fausses toilettes, les deux parties devant coopérer pour réussir à se rejoindre, là tout le monde commence ensemble et c’est tout. Dommage :/

Sinon tout le reste est bien mis en scène et les énigmes sont assez cohérentes avec le thème de la salle. Tout se suit assez logiquement et le rythme sera soutenu, que vous soyez débutants ou confirmés ! Bref, tout comme la Danseuse ou le Braquage à la française, on recommande :)

The Game

 

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :

 

[ Test Escape Game ] Team Time – Le bunker zombie

Le Live Escape Game Team-Time !Team-Time fait partie de cette vague de nouveaux escape game qui viennent tout juste d’ouvrir sur Paris, et l’enseigne ne propose pour l’instant qu’une seule aventure :
Le bunker zombie !

Dans un monde ou une épidémie a décimé la plus grande partie de la population, seuls quelques survivants ont réussis à rester en vie enfermés dans des bunkers, l’un d’entre eux, le professeur Koulikov (un Russe donc) était en train de mettre au point un antidote pour régler le problème. Nous sommes des survivants du bunker voisins, et notre mission est d’aller récupérer cet antidote.

Vault_101

Alors oui, encore un thème avec un bunker, encore un thème avec des zombies, encore un thème virus/antidote comme il y en a déjà plein sur Paris, mais non ! Le bunker zombie se démarque vraiment de ses concurrents en se donnant à fond sur les décors et l’immersion, on se retrouve dans un authentique bunker soviétique type guerre froide en plein coeur de Paris, et ça, c’est mortel. On entre dans une pièce plutôt austère avec très peu d’éléments à notre disposition, et la fouille commence :) (mal, on s’est encore foiré dès le début :p)

Les énigmes se succèdent et s’enchainent très bien, elles sont toutes logiques et s’inscrivent très bien dans le thème de la pièce. Dans l’ensemble, la room se résout de façon linéaire, ce qui ne me dérange pas du tout, mais qui pourrait déplaire aux plus grands groupes, et perturber certaines personnes, toujours occupées sur le mauvais indice, au mauvais moment :p
La seule chose qui nous a déstabilisé est le très fort accent russe que l’on peut entendre pour les indices, si bien qu’à un moment particulier du jeu on a du lui demander de répéter au moins 3 ou 4 fois ce qu’il disait parce qu’aucun d’entre nous n’avait pigé quoi que ce soit. C’est un peu dommage et un léger ajustement réglerait rapidement le problème :)

Cyka Blyat Escape

Conclusion : 46 minutes et quelques ! Avec deux ou trois indices :)
Pas très loin du record de la pièce le jour de notre visite qui était à 42 minutes, qu’on aurait pu tenter si on avait pas été des quiches au départ :-^
Ce qui ressort le plus de Team Time c’est son ambiance apocalypse zombie maîtrisée du début à la fin : on est enfermés dans un bunker et, malgré l’absence à l’intérieur de zombies, de sang … tout est fait pour nous faire ressentir que dehors, juste de l’autre côté de la porte, c’est vraiment la merde. Le décor est vraiment bien travaillé, la lumière et l’ambiance sonore sont parfaitement accordés avec le thème pour nous faire ressentir des émotions fortes en plein milieu des énigmes. Ce n’est plus seulement un escape game, c’est une véritable aventure :) Et pourtant, avec mon groupe nous étions tellement concentrés sur les énigmes que nous sommes passés à côté de quelques passages de mise en scène censés nous impressioner :p

Du coup maintenant on attend la prochaine salle qui devrait arriver dans pas longtemps, février ou mars normalement, et qu’on espère aussi bien que celle-là. Allez, soyez gentils, prenez-nous pour la bêta ! : D

Team-Time

Retrouvez toutes les prochaines dispos pour cette salle :